UNIVERS

« A quoi travaillez-vous ? » demanda-t-on à monsieur K. Monsieur K.répondit : « J’ai beaucoup de mal. Je prépare ma prochaine erreur. »

Histoire de monsieur Keuner
Bertolt Brecht

A la question : « Que faites-vous ? », je suis embarrassée. On demande souvent à l’artiste de se définir en tant que peintre, sculpteur, photographe, performeur et caetera.

Je n’arrive pas à « m’enfermer » dans l’une ou l’autre de ces catégories. Ni voyez là aucun mépris pour une technique en particulier, mais une curiosité. Pourquoi même la poussière n’aurait-elle pas son importance évocatrice?

Définir mon univers : traîner, observer, échanger, acquérir un objet qui me parle et trouvera sa place plus tard, peut-être.
Ce sont donc, le plus souvent des objets, des situations rencontrées au fil de mes pérégrinations mentales, physiques qui vont me servir de vecteurs d’idées, de réflexions intrinsèques et vont devenir des miroirs à nos propres conditions humaines.

Créer, pour moi, est avant tout une préparation mentale (voire corporelle) à recevoir avec vigilance ce qui nous entoure. Cette préparation est même l’essence du processus créatif, il ne reste plus qu’à s’entourer, récolter, fabriquer les ingrédients pour l’histoire qu’on veut raconter.