Homepage2018-09-04T08:21:50+00:00

ARTISTE

Née en France en 1970, elle étudie les Arts plastiques à la Villa Arson ( Ecole pilote d’art et de recherche, Nice) où elle obtient son diplôme en1993 avec félicitations du jury. C’est durant la même année qu’elle se forme dans l’atelier de Bernhard Blume à la Kunst Hochschule de Hamburg, ville où elle s’installe. Elle y expose à la Galerie 13 tout en exerçant le métier de peintre sur costumes.

A son arrivée à Genève en 1999, elle poursuit son travail, mais son atelier de l’Avenue de Rosemont brûle en 2001. Suite aux problématiques liées à cet évènement, Géraldine Plazenet ne s’engage dans aucune réalisation artistique jusqu’en 2004 où elle suit des cours de Design industriel à la HEAD de Genève. Elle y fait la rencontre du costumier Olivier Fabrice Falconnier, avec qui elle collabore jusqu’en 2015.

Ne s’éloignant jamais des Arts plastiques, elle participe aux expositions: Rathania’s, Ars Similis Casus au Musée Rath de Genève en 2011 – Arbre, Galerie de la Ferme de la Chapelle, Lancy en décembre 2011 – Une oeuvre ne vit que sous le regard 2, Art’Place en juin 2017.
Depuis 2013, 2015 et 2018 elle présente son travail à la Galerie Ruine à Genève sous l’intitulé: Processus.

PROCESSUS

En 2012, Géraldine Plazenet initie PROCESSUS, un rituel créatif rythmé de périodes d’attente.

Pour Processus I, elle récolte les empreintes de ses tampons périodiques usagés sur des bristols blancs ainsi que ses cheveux laissés sur sa brosse. Chaque matin durant une année, elle impose la marque de sa première cigarette du matin au centre de sachets vomitoires. Elle imprime l’image d’un somalien mourant de faim sur des hosties qu’elle jette dans la farine, utilise des toupies, une canne à pèche et un livre de braille marqué d’un préservatif pour mettre en scène un univers propre. Par la photographie, la porcelaine, l’impression et autres transformations, elle présente ces objets généralement en installations dans une scénographie rigoureuse.

A l’instar de Processus I, en 2015, elle commence à récolter des livres à teneur dogmatique et les brûle pour en récolter la cendre, tape à la machine à écrire l’alphabet sur des sachets vomitoires en plastique, rythme le temps par la même photo numérotée sur une année, met de l’aspirine dans des douilles, emballe un prie dieu dans du fil barbelé, fait jouer de l’harmonica à un crâne de mouton devant des photos de mendiants format 6X6.

Processus II, comme Processus I joue avec la duplication de l’objet et par la répétition d’un acte. Chaque pièce, par des variantes infimes montre ses aspérités.

Géraldine Plazenet construit des « interrupteurs d’idées, de réflexions », travaille sur l’ambivalence que comporte toute chose, leur dureté comme leur fragilité et utilise parfois un « acte violent, subversif » d’où s’échappe l’absurde.

Alors pour PIII, elle poursuit en faisant vomir du talc à des visages crayonnés, travaille la saumure de sel qui symbolisera la noirceur de la dégradation subie par les victimes des exodes passées et actuelles.

Sous la simplicité de l’esthétique apparente se dissimule une poésie particulière, un langage particulier. Il s’agit de subtilités qui ne se donnent pas à voir d’emblée peut-être, mais elles opèrent d’autant plus longtemps. Un poème parfois nous raconte plus sur la condition humaine qu’une étude scientifique. Vous êtes-vous posé la question du pourquoi ? Lorsque vous aurez trouvé la réponse à cette question, vous détiendrez la clé des travaux de Géraldine Plazenet.

CONTACT

NOM

SUJET

MESSAGE

GERALDINE PLAZENET
Genève

Tél.: +41 78 720 60 06
Email: geraldineplazenet@gmail.com